TRANS 305, une démarche HQAC

Ivry sur Seine, ville en transformation :

Porte de Choisy, fin de Paris. Ivry sur Seine
RD5, RN305 , boulevard insignifiant ?
Quartier distant vide, embouteillage, guerre des enseignes.

L’enjeu depuis 2006 sur ce plateau est bien de tenter d’inverser le processus de déqualification, de délitement des espaces . La ZAC tranche dans le tissu et modifie le paysage. Une longue métamorphose commence.  Au quotidien, le rythme est lent. Où sont les grandes avenues larges et vertes promises ? les nouveaux bâtiments ? La ville de demain peine à sa gestation. 1000 logements, 32 000 m2 de bureaux, 5000 m2 de commerces, des espaces publics : crèches, écoles, collège…De l’iceberg, seul le chantier est présent, visible, nuisible, incompréhensible.

Comment trouver autour de la médiation et de la communication les axes nécessaires à la compréhension d’un facteur bien éloigné de notre société : le temps. La temporalité de la ville et surtout celle de son changement relève d’une autre échelle et seuls des outils adéquats nous permettent de prendre de la hauteur pour l’observer.

Trans 305, programme d’accompagnement artistique et culturel de la transformation du quartier.

 » Trans305 propose de valoriser le processus de transformation de ce territoire, d’en faire un espace de recherche, de création et de rencontre. A travers des ateliers et des projets artistiques intégrés au chantier, nous cherchons à créer les conditions favorables à l’émergence d’une nouvelle culture de la ville en mutation. Un projet auquel participent des individus et groupes d’horizons multiples qui se croisent sur ce chantier : artistes, usagers et riverains de la ZAC, étudiants, employés de la ville, élus, acteurs du projet urbain… » Stefan Shankland, plasticien, directeur artistique de Trans 305.

Visite du site lors d’une carto-partie OSM avec A travers

Une présence sur le chantier de la démolition à l’achèvement de la construction de la ZAC – les enjeux du programme :

– croiser et faire collaborer deux services de la ville impliqués: la direction de la culture et la direction du développement urbain. Une nouvelle façon de faire la ville en cherchant et en expérimentant de nouveaux outils.
– accepter qu’une pratique artistique s’intègre dans la production urbaine et offre de nouveaux regards, des interrogations. Le chantier est perçu comme œuvre d’art et des œuvres d’art naissent du chantier ou de ses matériaux.
– modifier notre regard sur le processus du chantier pour le voir comme un paysage en mutation.

HQAC, une démarche innovante:

« Mon travail consiste à porter un regard de plasticien sur le monde en transformation… qui voit le monde comme une sculpture en train de se faire…mon objectif est de créer des rencontres » indique Stefan Shankland. Pour intervenir in situ et dans le temps  il lui a fallu créer un cadre juridique et économique original.  Le projet TRANS 305 est le premier prototype de la mise en œuvre de la démarche HQAC, Haute Qualité Artistique et Culturelle . Celle ci s’inscrit dans la durée du chantier soit 8 années au cours desquelles se sont succédé des ateliers avec des écoles, des workshop étudiants, des expositions, des réalisation d’œuvres collectives, des films.

C’est une démarche transversale qui, à partir d’un projet urbain avec sa problématique de création de nouveaux espaces urbains, en fait un territoire de projection des nouveaux enjeux économiques, sociaux et environnementaux (DD) qui se traduit par des expérimentations participatives et la création de nouveaux outils artistiques et culturels.

Il existe un cadre légal en France pour l’ intervention culturelle dans la construction publique, c’est le 1% culturel, mais dans cette forme, l’artiste est presque  toujours déconnecté du projet et du chantier .  » Moi, dit Stefan Shankland, je crois à la  nécessité d’impliquer l’artiste dans le projet, le chantier, la médiation, la réflexion critique…Un rôle de catalyseur, qui crée un dynamisme redéfinissant l’intérêt pour la ville ».

Plateau d’été 2012/ une maquette participative : trois semaines de workshop autour de la fabrication d’une maquette à grande échelle réalisée avec des matériaux de récupération du chantier.

L’enjeu de la participation

Le contexte particulier du chantier, la place qu’il occupe dans la ville permet de soulever de nombreuses interrogations à travers la démarche HQAC: comment intégrer dans l’identité urbaine le temps de sa transformation? comment retourner la prétendue nuisance en une opportunité de rassemblement?
L’enjeu au delà du clin d ‘oeuil sur la très normative directive de construction  HQE (Haute Qualité environnementale) est bien de chercher à expérimenter de nouveaux lieux et temps de débats dans l’espace public, des mises en scène participatives des enjeux urbains et de modifier le regard et la perception des « problèmes » liés à l’urbanisation .

Aujourd’hui, de nouveaux projets HQAC se développent à Marseille, Nice, Aubervilliers et même à Cuba.

Pour suivre l’actualité de TRANS 305

 

12 juillet, la maquette en place sur le site

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :